Category Archives: Inclassable

« Dans l’infoguerre, le Kremlin

Le général Jean-Paul PalomŽros. Crédit : Minsitère de la Défense

Le général Jean-Paul PalomŽros. Crédit : Ministère de la Défense.

Récemment le Général Jean-Paul Paloméros, en fin d’affectation comme commandant en chef de la Transformation de l’OTAN, a dit concernant l’action du Kremlin dans les frictions est-ouest: une véritable guerre de l’information a été déclenchée par Moscou. Et que nous, les Français (et sous-entendu les Occidentaux) ne jouions pas à armes égales.

Généralement, dans le milieu militaire et du contre-espionnage, sans oublier bon nombre d’élus, cette idée-là avance tranquillement: face à la propagande russe, nous les Occidentaux sommes en état d’infériorité. La propagande russe serait capable de bousculer des opinions publiques, en Ukraine notamment.

Un parfum bien connu de la Guerre froide se dégage dans de tels propos: les Soviétiques faisant régner la propagande sur leur propre peuple, alors que les Occidentaux démocratiques avait une presse libre et civique qui disait la vérité à son propre peuple. Les gens du bloc soviétique étaient induits en erreur, mais les gens du bloc occidental démocratique étaient relativement lucides.

Un gros problème existe dans la peur des pontes de la haute sécurité d’État: les Russes sont en train de perdre toute trace de presse libre, mais alors les Occidentaux sont-ils vraiment en train de de gober ce que déverse Russia Today (la chaîne de télévison publique internationale russe)? Et qui lit la presse russe?  Alors que tout ce qu’écrit le NYT, le Guardian et le Monde est scruté par la nomenclatura russe.

Non, les contre-vérités que cette presse russe serait en train de déverser n’est pas une arme inégale qui nous ramolit l’esprit. Elles sont plutôt des objets d’étonnement et souvent de rire chez les journalistes comme moi qui en consomme en quantité régulière. Autrement dit, ces contre-vérités, ou demi-vérités, ou déformations n’impressionnent pas spécialement la presse occidentale, ni nos lecteurs et auditeurs et téléspectateurs. Par exemple, lorsque les conférences de presse des porte-parole du Département d’État sont filmées, et que la question d’un journaliste russe et la réponse diplomatique sont montrés en boucle comme la preuve de la mauvaise foi américaine, alors qu’aucune manœuvre sembable n’est jamaisfaite par rapport au Quai d’Orsay par exemple, alors que le cas du Mistral est parfaitement brûlant, alors l’on voit la volonté d’éditorialiser les news directement. Dans la rédaction à Moscou, on veut marquer des points contre Washington, et laisser Paris tranquille. Cela devient comme le déplorable Fox News — Kremlin News. Or en Occident, pratiquement aucun journaliste sérieux ne peut respecter Fox. Les « no-go zones » de Paris sont dans toutes les mémoires, qui ont discrédité directement Fox en France et non l’inverse.

Bref, que nos généraux cessent de dire que la presse libre est une arme inférieure à une presse en pleine propagande. Car dans le fond, cela veut dire que la démocratie est vulnérable à l’autocratie. Or c’est d’une insuffisance de démocratie, et non d’un excès, que nous devrions parler. Prenons garde de ne pas ressembler à notre hypothétique adversaire, sinon il ne sert pas à l’humanité de lui tenir tête.

 Harold Hyman